Continuer à se transformer est essentiel pour les directions financières. Pour gagner la croissance, optimiser leur productivité, attirer et fidéliser les talents, ou encore pour assurer leur conformité réglementaire avec le prochain cadre sur la facturation électronique. Frédéric Massy dresse l’état des lieux des grands défis à relever pour accroître la performance financière.

Quel est le nouveau paradigme des directions financières ?
Frédéric Massy : La donnée est clé pour le DAF. Impossible de transformer son organisation sans capitaliser sur la donnée. Elle permet aux équipes de travailler plus efficacement, d’accélérer la prise de décision stratégique et d’anticiper les scénarii grâce au pilotage de la performance. Face aux incertitudes d’un monde qui change vite, les directions financières n’ont jamais eu autant besoin de la digitalisation pour piloter de manière agile leurs activités. La pandémie l’a très bien montré. Les entreprises en avance dans la digitalisation de leur processus métier ont davantage tiré leur épingle du jeu pendant la crise covid19.

Le DAF devient-il un data-analyst ?
F.M : Il est soumis à un environnement financier qui le pousse à traiter un volume d’information toujours plus importants… pour pouvoir prendre des décisions rapides, immédiates, éclairées. En ce sens, le DAF analyse au quotidien la data. Prenons l’exemple du processus Procure-to-Pay et ses nombreuses interactions clients/fournisseurs : chaque élément de la chaîne contient des données clés pour piloter la performance, améliorer sa compréhension de la situation financière, l’impact sur la poursuite de l’activité et ainsi alimenter la stratégie de l’entreprise. Capter toute la donnée, fiable, et en temps réel est l’un des facteurs clés de réussite d’une organisation data-driven.

Quels sont les enjeux pour les métiers ?
F.M : Il faut libérer la data. Les métiers ont un besoin viscéral d’informations et de disposer rapidement de données complètes, fiables et en temps réel pour agir, anticiper les coûts, les risques et se projeter dans les modèles business de leur secteur. Concrètement : pas de croissance sans pilotage de la performance. Et pas de pilotage sans data. C’est pourquoi, les directeurs administratifs et financiers ont tout intérêt à chercher l’automatisation maximale de leur processus métier pour tirer parti de la data.

Par exemple ? Quel processus à digitaliser en priorité ?
F.M : Sans l’ombre d’un doute : le Procure-to-Pay. C’est une source de gains incroyable pour le DAF, en droite ligne avec la transformation engagée de la fonction finance : pilotage de la performance, fluidité des processus, gain de productivité, analyse de la donnée... Digitaliser de bout en bout ce processus, c’est in fine mieux contrôler les flux de trésorerie et le fond de roulement, mieux prévoir les entrées et sorties de cash et les suivre en continu dans le temps. C’est aussi l’opportunité de passer à une comptabilité d’engagement, de maitriser les délais de paiement en payant à l’échéance ou de bénéficier d’escomptes pour paiement anticipé.

Qu’en est-il de la facturation électronique ?
F.M : C’est maintenant que cela se joue : toutes les entreprises devront être en capacité de recevoir une facture électronique. Pour les directions financières l’enjeu est clair : faire d’une contrainte réglementaire une opportunité. Cette nouvelle donne est l’occasion de tirer un maximum de bénéfices de la digitalisation du Procure-to-Pay. Car au-delà de la simple émission et réception de factures, la réforme pousse les acteurs à passer en revue tout le processus dit « P2P » de l’achat au paiement. Objectif : enrichir les processus comptables et les rendre plus efficaces, rapides et sécurisés. 2024, c’est déjà demain. Les directions financières doivent anticiper dès maintenant leur transition vers la facturation électronique et ce modèle full-digital.

La gestion des talents : nouveau défi des directions financières ?
F.M : Attirer, recruter, fidéliser… Le défi des talents est partout, et la fonction finance n'est pas épargnée. Surtout que le big bang de la data a bouleversé la culture du DAF : fini l’approche purement comptable, le silo a volé en éclat. Le DAF copilote la performance et entraine avec lui ses équipes à diffuser la culture du changement en interne. De fait, il alimente toutes les fonctions de l’entreprise : achats, production, chaîne logistique et ressources humaines. C’est un catalyseur de la transformation et un business partner qui évolue avec les outils de plus en plus performants Cloud, SaaS, blockchain... C’est dans un environnement dynamique, exigeant et en lien avec la tech que la finance arrivera à fidéliser les nouveaux talents et attirer les nouveaux métiers de la data pour construire demain.