Sans automatisation, 50 ETP supplémentaires en back-office : les assureurs à la recherche de productivité

Contrairement à d’autres industries qui ont été capables de capitaliser sur leurs investissements technologiques, l’assurance n’a pas amélioré sa productivité globale ces dix dernières années, estime McKinsey & Company (1). Environnement concurrentiel et économique oblige, l’amélioration de la performance est pourtant bien à l’agenda de nombre de sociétés d’assurance, mutuelles, institutions de prévoyance et autres professionnels de la protection des biens ou des personnes. Voire

La robotisation et l’IA au service de la relation client 

Dévoilée dans le cadre du salon Stratégie clients (avril 2019), l’étude « Automatiser la conversation clients grâce à l’intelligence artificielle (IA) : des chatbots à l’attribution marketing » du cabinet d’analyse Markess by exægis illustre les principales tendances et objectifs de la digitalisation de l’expérience client (1).   78 % des professionnels interrogés sont convaincus que l’usage de la robotisation et de l’IA dans leurs métiers peut aider l’humain (qu’il soit collaborateur ou client final) à faire vivre ou à vivre

Repenser les processus back-office pour une meilleure expérience, collaborateur et client

Le principe fondamental de la « symétrie des attentions » est que la qualité de la relation entre une entreprise et ses clients est symétrique de la qualité de la relation de cette entreprise avec l’ensemble de ses collaborateurs (1). « Dans l’entreprise, il s’agit de donner autant d’importance à l’expérience collaborateur qu’à l’expérience client, corrobore le cabinet-conseil

L’optimisation des centres de relation client se poursuit dans l’assurance

Engagées dans des démarches de transformation, les sociétés d’assurance, mutuelles et courtiers s’appuient en priorité sur la relation client. Avec 65 % des suffrages, « la relation client est identifiée comme le premier axe prioritaire de transformation dans la stratégie des acteurs du secteur », détaille une récente étude de KPMG (1), avant la technologie (43 %),