La génération Y vue par Daniel Costantini

 

Élu meilleur entraîneur de Handball de tous les temps par la Fédération internationale de handball, Daniel Costantini a mené l’équipe de France de handball au succès pendant plus de 15 ans. Aujourd’hui consultant sur RMC Sport, Daniel Costantini nous fait le plaisir d’intervenir lors de notre Rencontre Clients le 13 juin 2017 sur les pré-requis de la performance collective et le management de la génération Y. Mais avant cela, nous avons souhaité lui demander en avant-première, comment il voyait cette fameuse génération Y. Interview.

Comment qualifierez-vous la génération Y ?

Daniel Costantini (DC) : Ce sont tout d’abord des personnes connectées 24h sur 24 via leur smartphone qu’ils ne quittent, à vrai dire, que très rarement (sourire). Ils sont exigeants avec les autres mais surtout avec eux-mêmes. Un jour ici, mais demain peut-être ailleurs… La génération Y a une vision à court terme, profitant pleinement du moment présent. C’est, surtout, une génération en quête de sens…

Vous avez une image très positive de cette génération. Pourtant, certaines personnes de votre génération sont plutôt dubitatives face à ces jeunes s’inscrivant souvent en contradiction avec leurs parents. Quels sont pour vous les clichés qui sont trop souvent véhiculés à leur sujet ?

DC : Cette génération est consciente de l’incertitude générale qui caractérise le marché du travail. Elle n’attend donc pas un engagement réciproque forcément pérenne. C’est loin d’être une génération utopiste. La génération Y a les pieds sur Terre sans pour autant perdre son optimisme et son ambition.

Justement, d’après vous, à quoi aspire-t-elle ?

DC : Elle exige de comprendre le sens de la mission qui lui est donnée et n’acceptera pas tout en échange d’un salaire, quel qu’il soit. Par contre, si elle décide de s’impliquer, elle ne le fera pas « à moitié » ! Et c’est là que les managers, au sein des entreprises, ont un rôle important à jouer pour les motiver en toute transparence.

Comment cette génération voit-elle l’Entreprise, d’après vous ?

DC : Comme un lieu d’expression où les échanges réciproques permettront d’avancer. Pas un espace de soumission, mais un terrain d’implication… Le management top-down ne marchera jamais avec la génération Y !

Et leur manager, quel rôle doit-il avoir dans ce contexte ?

DC : Le rôle du manager est très important. Il doit être un lien, un tuteur, un transmetteur, un révélateur… Si ce n’est pas le cas, il sera vu comme un « emmerdeur » par la génération Y et dans ce cas, elle n’hésitera pas à se « barrer » ! (sourire)

Daniel Costantini a très souvent gagné avec la génération Y. Son témoignage peut vous être précieux au sein de votre entreprise, face à vos équipes et surtout face à l’enjeu de transformation qui nous préoccupe tous.
Les entreprises ont besoin de faire place à la jeunesse si elles veulent réussir leur transformation numérique. Sinon, elles risquent d’être remplacées par des start-ups d’ici à 15 ans…

Article écrit par Jade Tonga,
Chef de projets Contenus et Inbound Marketing

Experte en communication digitale, Jade évolue depuis plusieurs années dans le domaine des nouvelles technologies. Son but ? Vulgariser les sujets liés à la transformation digitale pour vous informer sur les toutes dernières tendances.

ses autres articles
Twitter Facebook LinkedIn